samedi 23 mai 2009

Deux ou trois réflexions sur la blogosphère

wordle nuage tags resp blogueur Trop de veille nuit au passage à l’action. J’ai lu trop de flux RSS, de twitts, d’emails, et d’articles en tous genres. Je suis devenu un zappeur, incapable de parcourir un texte autrement qu’en diagonale. Pressé par l’abondance d’informations, je ne prends plus le temps d’approfondir. Je survole, je parcours dans les grandes longueurs. Repérer les mots-clefs est devenu pour moi une seconde nature. En toutes circonstances, je classe, je catégorise, je range dans des tiroirs. Je me nourris de l’information autant qu’elle m’absorbe. J’essaie en vain d’écoper un bateau qui prend l’eau de toutes parts. Le burnout virtuel me guette. Pourtant, il est un mal bien plus grave et pernicieux qui menace la blogosphère.

Personne n’est dépositaire de l’information, mais ce n’est pas une raison pour la détourner pour son profit personnel. Certains se sont d’ailleurs fait une spécialité de la récupération de l’information publiée ailleurs. C’est particulièrement le cas dans la blogosphère high tech où bien des billets ne sont que la traduction de blogs anglophones. Les autres ne font le plus souvent que reprendre à leur sauce une information déjà disponible ailleurs. Et l’on a d’autant moins de scrupules à imiter son voisin que ce dernier a usé du même stratagème pour rédiger son article. Dans les deux cas, il ne s’agit pas à proprement parler de plagiat, mais d’un manque total d’imagination qui ne dit pas son nom. Le comble de l’hypocrisie est sans doute atteint avec ces billets qui, sous couvert de rendre hommage à l’auteur de l’article qui est cité, servent uniquement à faire du remplissage, sans autre objectif que de respecter son quota de publication journalier.

Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver quelques-unes des causes de ces dérives. La concurrence des « social medias » en est une, elle fera l’objet d’un billet séparé. Reste que dans leur volonté de faire de l’audience à tout prix, bien des blogueurs oublient que le but même des blogs est de proposer une valeur ajoutée par rapport aux autres types de publications. Ne négligeons pas nous plus la part de narcissisme qui sommeille plus ou moins profondément en chacun de nous et nous pousse à essayer d’améliorer nos statistiques de fréquentation. S’il est communément admis que pour fidéliser un public, il faut lui donner matière à lire à intervalles réguliers, atteindre le nirvana du blogueur – un billet par jour – qu’il neige, qu’il pleuve, qu’il vente. Le moyen le plus simple d’y arriver est encore de baisser son seuil d’exigence. Alors, la tentation est grande de servir une information de seconde main, de raccourcir les textes, de donner dans un genre purement factuel au détriment de d’analyse. Il est pourtant possible de parler d’un sujet déjà mile fois abordé en l’éclairant sous un jour nouveau.

Ne nous voilons pas la face, dans une société du zapping, nul n’est irremplaçable et le lien qui unit chaque blogueur à se lecteurs ne tient, littéralement, qu’à un fil. Ceci posé, il me parait malgré tout nettement préférable de passer un jour, voire une semaine, sans mettre à jour son blog que d’hasarder de publier un billet médiocre. Après tout, derrière le clavier, c’est toujours un être humain qui enfonce les touches et donne naissance à un texte qui fait sens, pas un gallinacé capable de pondre tous les jours un billet d’un niveau égal. Enfin, je crois.

Mots clés Technorati : ,,,,,

4 commentaires:

Rodney SANKINKA a dit…

Ainsi va le monde.

Tu as absolument raison sur le fait de publier des bon articles a un interval raisonnable et non jacasser tous les jours pour ne rien dire d'important.

Les bloggeurs s'amélioreront avec le temps, je l'espère.

Thierry do Brasil a dit…

Bonjour, merci d'avoir mentionné mon article sur roget.biz

Thierry

Sarpedon a dit…

@ Rodney

Tout-à-fait, d'ailleurs, je suis sûr qu'à long terme, il est plus "rentable" en termes d'audience de faire un travail de qualité, que de privilégier la quantité. En tout cas j'aime à le croire.

@ Thierry

Avec plaisir, je recherche toujours de quoi enrichir mes articles. Quelque chose me dit que ce ne sera pas la dernière fois.

Véronique a dit…

Bonjour, et merci pour ce billet qui engage la réflexion.